Céline Croze est née à Casablanca (Maroc) en 1982. Elle poursuit ses études en France où elle obtient un
Master en Art du Spectacle, puis se spécialise dans l’image à L’ESEC ainsi qu’à L’EICTV de Cuba.

 

Elle commence sa carrière en tant qu’assistante opérateur sur des longs métrages tels que « Ixcanul » deJayro Bustamante (Ours d’argent au Festival de Berlin 2015) ou « Las herederas » de Marcello Martinessi(Ours d’argent Festival de Berlin 2018).Parallèlement à son parcours dans le cinéma, Celine développe plusieurs projets photographiques etvidéos. Elle participe alors aux workshops organisés par la galerie Void avec Antoine d’Agata, la maisond’édition Akina et Kladvij Sluban.Sensible aux fêlures que traverse notre société, Celine utilise les codes cinématographiques pour montrerune histoire, transgresser le monde qui l’entoure, s’immiscer dans la faille de ceux qu’elle regarde.Ses différents travaux en tant que photographe et vidéaste ont été présentés aux Rencontresinternationales de la photographie de Fès (2013), au Billboard Festival à Casablanca (2015), à la Biennale deMarrakech (2016), à la Biennale du Paraguay (El ojo Salvaje - 2018), à la Fondation de la Photographie deTanger (2019). Son Dummy Book « Nothing Happened » a également été sélectionné au Festival de Kassel,ainsi qu’au Fuam Dummy Book Award d’Istanbul en 2018.En 2019, “Nothing Happened” est sélectionné au Festival Encontro Da imagem pour la nuit des projections(Braga, Portugal) et elle est la lauréate du Festival In Cadaquès avec sa série “SQVNV”.En 2020 Celine est la lauréate du prix révélation entre le festival MAP (Toulouse) et Face à la mer (Tanger)avec sa série “SQEVNV”. Elle fait partie des artistes sélectionnés pour la projection du prix Maison blancheà Marseille en septembre 2020 et a également été sélectionnée par Fresheyes et Gup Magasine pourl’édition de leur livre des talents 2020.En octobre 2020, elle fera partie du Billboard Festival à Istanbul (Commissionné par Hanne-Lise Thomsen).

« Siempre que estemos vivos nos veremos »
« Tant que nous serons en vie nous nous verrons »
« Siempre que estemos vivos nos veremos », c’est la dernière phrase que m’a dite Yair. Nous étions sur l’azotea (toit) du bloc 11, la brume enveloppait Caracas, la rumeur folle de la ville ressemblait à un chant funèbre. C’était une balle dans mon cœur. La conscience de sa propre fin avait quelque chose de terrible et sublime à la fois. Tout était dit.L’urgence de la vie, la fascination pour la mort, l’effondrement du pays. L’extrême violence et l’absurdité de la situation donnait l’impression que la vie n’était qu’un jeu. Je me rappelais deux jours plus tôt la gallina (arène pour combats de coqs). L’odeur du sang mélangée au rhum et la sueur, les cris de rage, l’excitation de chaque homme. Une transe impalpable enivrais l’arène.
Comme si nous étions tous fous. Comme si le sang, la mort et le pouvoir rendaient plus vivants.
L’énergie chaotique de la ville raisonnait dans chaque combat telle une danse qui se déploie, qui reste et pleure impuissante.
Un mois plus tard, Yair fut abattu. Il avait 27 ans.
Mes errances en Amérique Latine furent traversées par d’autres rencontres saisissantes. Comme ces coqs de combats, je voyais des êtres danser et s’accrocher au désordre. J’y retrouvais à chaque fois cette même sensualité insolente, comme une furieuse provocation, comme un cri d’adolescent amusé par le danger, condamné et libre.

NOTE D’INTENTION DE LA SÉRIE :
J’ai commencé cette série de photos en 2015 au Venezuela.Je tournais un long métrage à Caracas dans des bloques, sortes de HLM d’Amérique Latine.
Pour aller ranger le matériel caméra, je devais passer devant le gang qui tenait l’immeuble. Ils trainaient là, faisaient le guet et essayaient de m’impressionner avec leurs flingues et leurs grenades. Et moi, je suis tombé amoureuse d’un regard, celui de Yair, le chef de gang. L’équipe avec qui je travaillais ne voulait pas que je lui parle, le danger était palpable à chaque sortie et j’ai commencé à développer un sorte de fascination vicieuse face à l adrénaline que cela me donnait. Je ne pouvais pas croire qu’un homme si doux pouvait être capable de tant d’atrocité. Il devait y avoir autre chose. Je voulais savoir, creuser, m’imprégner. J’ai donc commencé à voir Yair en cachette. Il m’envoyait une moto me cherchait et nous nous retrouvions le soir sur le toit de l’immeuble où il vendait la drogue. Les pitbulls et les gars gardaient l’entrée, et nous, nous étions assis face à l’immensité chaotique de Caracas. Il me racontait son histoire, sa vie, leurs vies. La beauté de Yair était habitée par une blessure et une fureur envoutante prête à se rompre à tout moment. J’étais magnétisée par ses mots, et bouleversée par la situation. Le pays et le système mis en place avait créé des bombes à retardement. Il me fallait témoigner cette violence, laisser la trace de ces héros tragiques incapables d’échapper à leur destin.
Plus tard, je passais devant une maison coloniale en ruine, la porte est ouverte, la curiosité me pousse à regarder, je me retrouve nez a nez avec Juan qui m’invite à rentrer, il veut me montrer quelque chose. La maison est habitée par 15 personnes vivant dans des pièces insalubre de 5m2.

Nous arrivons sur le toit, c’est le royaume des coqs. Je les regarde les entrainer, c’est toute leur vie ces coqs. Je décide alors de les accompagner à un combat. Je suis submergée par la férocité de ces animaux et la folie de ces hommes.
Juan ce jour là a tout perdu, je le revois assis dans sa chambre, le regard vide, le dos courbé comme si le temps avait dévasté son âme. Ce fut une expérience très forte et décisive dans ce travail. Je suis retourné plusieurs fois en Amérique latine, mes yeux et mon âme restaient alertes aux cicatrices de ce continent. J’ai ainsi rencontré, Juan, Pretty eyes, El Feo ... tous devaient m’apprendre sur la vie et la
mort. Tous ont fissuré mon cœur. La photographie elle, me permit de traduire cette folle urgence de vivre.

Contactez-nous

Freelens c/o La Scam

5 Avenue Velasquez

75008 Paris

associationfreelens@gmail.com

Mentions Légales

Conception du site © Freelens