Session #4 ― ARLES 2021

La Session #4 du Prix Mentor 2021 Arles, en collaboration avec leboudoir2.0, a eu lieu le 9 juillet à La Maison de la Vie Associative. Les membres du jury professionnel et le public présent ont sélectionné les deux photographes qui se retrouveront à la finale à la fin de l'année.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Loïc Laforge avec sa série Dans le silence a remporté le vote du jury et que Elliott Verdier avec Reaching for Dawn a remporté le vote du public. Ils participeront à la finale du Prix Mentor 2021, qui aura lieu à la Scam (Paris) le 9 décembre.

Nous remercions les membres du jury professionnel qui ont donné leurs temps et expertise. Pour cette session nous avons eu le plaisir d’accueillir :

– Christian Gattinoni Enseignant, Critique & Directeur Artistique

– Agathe Kalfas Consultante en photographie & Productrice Artistique

– Annakarin Quinto Fondatrice leboudoir2.0

– Bénédicte van der Maar Photographe & Présidente, Commission des Images Fixes, La Scam

– Michel Le Belhomme Photographe & Administrateur, Freelens

Merci à tout.es les autres candidat.es qui ont participé à cette session pour la qualité de leur travail :

– Cyril Abad & Eugénie Baccot Métaphore du Kratt

– Romain Bagnard   Aphrós 

– Matthieu Marre Habiter sous les reflets 

– Lucía Peluffo Une tentative d'équilibre
– Lorraine Turci Sous les archipels, le vent

© Loïc Laforge Finaliste du Prix Mentor 2021 Arles

© Elliott Verdier 2.jpg

© Elliott Verdier Finaliste du Prix Mentor 2021 Arles

FINALISTE DU JURY : LOÏC LAFORGE AVEC SA SÉRIE DANS LE SILENCE

Loïc Laforge - dans le Silence - 1.jpg
Loïc Laforge - dans le Silence - 3.jpg

Douze années de vie commune, dans la terreur pour elle et ses enfants ...
Ma mère trouve un échappatoire traduisant détresse et désespoir.
Noël 1996. Divorce.


Dans la précipitation des interrogations, séparations et interdictions, les négatifs restent dans un tiroir.
Ma mère les veut, mon père refuse, ma sœur les vole. Animé par le même souhait que cette dernière de lui faire plaisir, je scanne des années plus tard tout ses négatifs, et découvre un talent supplémentaire à notre mère ...

« Dans le silence » est donc issu d‘une collaboration entre ma mère et moi.

Une absence de structuration précoce de la personnalité par des expériences constructives de l‘enfance n‘ayant pas permit de prendre acte immédiatement de l‘évènement traumatisant, ce projet résulte d‘un long processus personnel de croissance post-traumatique.

Reédification d‘un parcours familial chaotique par l‘image qui ramène à la première utilisation du mot « résilience » dans un contexte psychologique.

 

Témoignage qui, par surcroit, évoque un aspect dénonciateur, permettant à un public, souvent averti et conscient, mais éloigné du sujet, de se créer une représentation interne et intime, de la violence conjugale et parentale trop souvent laissée sous silence.

La photographie étant utilisée ici à des fins thérapeutiques, sublimant par la pratique artistique les fractures traumatiques.

« Dans le silence » est la reconstruction d‘un récit personnel et intime menant symboliquement au chemin de la résilience : capacité de rebond après le choc.

Devoir de reconnaissance du courage et dévouement d‘une mère emprunte à tort de culpabilité.

Loïc Laforge - dans le Silence - 18.jpg
Loïc Laforge - dans le Silence - 15.jpg

FINALISTE DU PUBLIC : ELLIOTT VERDIER AVEC SA SÉRIE REACHING FOR DAWN

Loic suggère les invisibilités de ce monde, celles qui sont nichées dans cette vie que l’on pourrait qualifier de «quotidienne» à travers la magie et l'émotion que la photographie argentique traduit. Il ne cesse d'expérimenter ce médium avec toutes les possibilités qu'offre aujourd'hui le numérique dans la réalisation.

Principalement marqué par la photographie documentaire, il exploite ce domaine lors de ses voyages en Europe et en Palestine. Diplomé de l’école de photographie Neue Schule fur Fotografie de Berlin en 2017, il développe son projet intitulé Touche d’espoir au sein de l’association SkatePal. Le coup de cœur a été instantané et son projet s’est déployé sur 5 ans.

Loic a depuis concentré ses travaux sur le thème de l'Enfance. Pour ce faire il se plonge au plus proche de son sujet en travaillant, et se formant, au métier d'éducateur spécialisé pour la Protection de l'Enfance.


Il signe aujourd'hui son nouveau projet intitulé Dans le silence, un travail intime qui met en lumière les violences conjugales et parentales, ainsi que le long chemin de la résilience.

© Elliott Verdier 1.jpg

De sa sanglante guerre civile (1989-2003), le Libéria ne parle pas. Aucun mémorial n’a été édifié, aucune journée n’est dédiée à commémorer. Encore tenu par certains protagonistes du carnage, le pays se refuse toujours à condamner ses bourreaux. Ce silence, amplifié par un mutisme international, balaye toute reconnaissance sociale de la tragédie et renie l’essence même d’une mémoire collective, générant un profond sentiment d’abandon doublé d’une résignation somnolente. Le traumatisme d’une population entière se cristallise dans une société aux fondations d’argile et transpire sur une nouvelle génération à l’avenir trouble.

Le Libéria traverse une longue nuit anonyme, comme une fange de l’existence. Ce travail photographique et sonore explore les mécanismes de sa résilience et les invisibles ressorts du traumatisme psychique de guerre. Sans manichéisme, il dévoile le regard et perçoit la voix de ces femmes, ces hommes, victimes ou bourreaux, sur leurs propres destins abîmés, habités de cauchemars diurnes.

© Elliott Verdier 23.jpg
© Elliott Verdier 25.jpg

Né en 1992 à Paris (France).

Elliott Verdier est photographe documentaire. Influencé très jeune par la culture du photojournalisme, il s’interroge rapidement sur sa position de témoin et la subjectivité de son regard. Son travail s’oriente naturellement loin de l’actualité brûlante et privilégie la lenteur de la chambre photographique. Porté par les thématiques de la mémoire, de la transmission générationnelle et de la résilience, il arpente les territoires et photographie avec une certaine intimité, et dignité, les personnes qui les habitent.

En 2017, il réalise son premier projet au long court, ‘A Shaded Path’, au Kirghizistan. Il est aidé par le CNAP en 2019 pour son deuxième projet d’envergure, ‘Reaching for Dawn’, au Libéria.

Elliott Verdier collabore également avec la presse, notamment le New York Times, le Monde Magazine et Vogue Italie.

Mentor_Partenaires.png